SPIRULINE CONSEILS NUTRITION

La spiruline est consommée depuis la nuit des temps et reconnue pour ses étonnantes vertus nutritionnelles, notamment pour sa capacité à accélérer la récupération dans les activités d’endurance.
De nos jours, les sportifs de toute discipline et de tout horizon en ont fait leur complément d’exception. Voici un tour d’horizon des différents sports pour lesquels la spiruline peut jouer un rôle important.


1) Les sports d'endurance

Marathon, triathlon, cyclisme, ski nordique, natation, sport d’équipe...

S’il est un domaine où il est aisé de tester l’efficacité d’une « cure » diététique de spiruline, en l’occurrence sur l’efficience physique et la récupération, c’est bien lors de la pratique des sports d’endurance. Sans entrer dans le détail des actions des multiples composants contenus dans la spiruline et qui participent à l’optimisation des différents métabolismes physiologiques lors de l’activité physique et sportive, nous décrirons ici deux processus spécifiques à la spiruline :

> Augmentation des performances d'endurance :
Il existe une relation directe entre l’activité physique d’un individu et sa consommation en oxygène, dite « VO2 ».
Le sportif de compétition est soumis régulièrement à des tests d’effort au cours desquels sont mesurées ses concentrations en oxygène et en dioxyde de carbone dans l’air expiré, afin de déterminer notamment la consommation maximale d’oxygène que son métabolisme peut atteindre. Ce débit maximal d’oxygène est appelé « VO2 max », et constitue la limite théorique que l’organisme ne peut atteindre, voire dépasser, sans risques. L’entraîneur va, par exemple, demander à son poulain de travailler à 80% de sa VO2 max.

Ce débit maximal dépend de plusieurs facteurs :

- Un facteur génétique, immuable ;

Spiruline cycliste
- Des facteurs intrinsèques qui, eux, peuvent s’améliorer par le biais d’un entrainement spécifique bien conduit, ainsi que par des apports micro-nutritionnels pertinents avec notamment ceux, très complets, contenus dans la spiruline !

La structure chimique intime de la phycocyanine, ce pigment bleu « cyan » spécifique de la spiruline, est quasi identique à celle de l’érythropoïétine, le coeur du globule rouge. D’où la capacité exceptionnelle liée à la récupération lors des efforts en aérobiose.

> La récupération :
L’un des principaux facteurs limitant l’exercice physique est l’accumulation de « déchets » produits par la contraction musculaire, singulièrement les célèbres lactates
(ou acides lactiques).
Chacun a le souvenir douloureux, lors de la reprise d’une activité sportive ou dès que l’on veut poursuivre un effort trop intense ou trop long par rapport à son niveau d’entrainement, d’avoir ressenti des raideurs et des crampes au niveau des muscles les plus sollicités. Ce phénomène
est dû à l’accumulation des lactates, qui peu se prolonger pendant plusieurs jours.

Spiruline étirement  
La spiruline, et en particulier la phycocyanine qu’elle
contient (encore elle !), possède la faculté de stimuler la production endogène (c’est-à-dire par l’organisme
lui-même) d’une enzyme -la lactate déshydrogénase- qui va
non seulement tamponner l’acide lactique au fur et à mesure
de sa production et éviter ainsi son accumulation dans les muscles, mais permettre en plus de recycler une bonne
partie de ces lactates par le foie, en lui faisant synthétiser un produit hautement énergétique, l’adénosine triphosphate ou ATP.

Et ceci, dans des proportions importantes : 34 ATP par molécule de lactate recyclée. Si ce n’est pas de l’énergie « renouvelable », ça !


2) Les sports de résistance musculaire

Musculation, haltérophilie, course de vitesse, lancer de poids, natation, cyclisme sur piste etc...

L’évolution du sport en compétition, du professionnalisme sportif, du « sport-spectacle » et du sponsoring qui y est attaché, a influencé la physiologie et le profil même de l’athlète. La prise de masse musculaire est devenue indispensable, même dans des disciplines comme la natation de vitesse (50 m, 100 m, 200 m) là où, il y a peu, ces profils morphologiques étaient réservés à des disciplines comme l’haltérophilie ou les lancers...

Spiruline pompes
Prendre du muscle mais pas de graisse, tel
est le leitmotiv des diététiciens qui suivent les
athlètes.
La spiruline, en ce domaine, est un excellent
apport, non seulement par sa richesse en
protéines (>60%) mais aussi grâce à sa
concentration en acides aminés dits
« branchés », les BCAAS (leucine, isoleucine,
valine), très prisés dans cette indication.

Autre action de la spiruline et non des moindres pour ces sportifs soumis à des nombreux micros (voire macro) traumatismes : les effets conjugués anti-Cox2 (anti-inflammatoire naturel) de la phycocyanine et cicatrisant de la SOD (super oxyde dismutase).


3) Les sportifs en phase de sèche

Spiruline vélo d'appartement  
La spiruline procure un apport de protéines non négligeables, mais surtout de vitamines et électrolytes sous très faible
volume, idéale en période de régime de sèche.

La spiruline contient également deux acides aminés : la phénylalanine et le tryptophane, dont la teneur et le rapport spécifique, détectés par les chimiorécepteurs des gros
troncs artériels cérébraux, transmettent ipso facto
l’information au centre de la satiété. C’est donc un véritable
« coupe-faim », parfaitement naturel !



4) Le sport et le stress

Certes, le stress n’est pas l’apanage du sportif ! Mais bien peu, chez les compétiteurs, arrivent à le maîtriser ou à s’en servir positivement, notamment à l’approche d’échéances importantes.

Spiruline escalade
Or, la spiruline, par sa composition, présente l’originalité de permettre une régulation des neuromédiateurs –hormones produites par notre cerveau et dont la carence contribue à décomposer certains traits de caractère. Anxiété, angoisse, dépression...

A tel point que la spiruline a été qualifiée, par des équipes scientifiques, de « régulateur de l’humeur ».



5) Le sommeil du sportif

L’intensité de certains entraînements, et leur pratique souvent tardive dans la journée, après le travail ou les cours, contribuent chez beaucoup de sportifs à perturber l’endormissement. Par ailleurs, un des facteurs les plus fréquents des causes d’insomnie, chez tout quidam, sportif ou non, est un déficit en mélatonine, cette hormone qui régule le rythme nycthéméral et le sommeil.
La spiruline présente, tout comme nous l’avons évoqué pour les neuromédiateurs cérébraux, la faculté de stimuler la sécrétion endogène (interne) de mélatonine, et donc de réguler
naturellement le sommeil.



6) Un apport en vitamines, minéraux et acides aminés indispensables aux sportifs

La spiruline est la source de protéines la plus concentrée de tous les nutriments d'origine végétale comme animale, que l’on peut trouver à l’état naturel.

Elle contient 60% de protéines et possède un large panel d’acides aminés dont certains indispensables aux sportifs (les BCAA).

La spiruline est également une source très riche de tous les oligo-éléments et sels minéraux dont l’organisme a besoin au quotidien : calcium, fer, magnésium, manganèse, potassium, sélénium, phosphore, cuivre, zinc, sodium etc...

Elle contient de puissants antioxydants dont l’intérêt au moins préventif n’est plus à démontrer.

Spiruline Tour de France
C’est une formidable source de nombreuses vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B9, B12, vitamine A (surtout de la bêta carotène, son précurseur donc sans risque de surdosage), vitamine E,D, et PP.
Seul la vitamine C est absente ou en faible quantité dans la spiruline à l’état natif.
De nombreux enzymes sont contenus dans la spiruline dont l’exceptionnelle SOD (superoxyde dismutase), remarquable par ses effets antioxydants et cicatrisants.

Enfin, la spiruline renferme un certain nombre de pigments aux vertus étonnantes : la chlorophylle, le bêta carotène et surtout la phycocyanine, ce pigment bleu spécifique à la spiruline, dont de nombreux travaux scientifiques commencent à montrer les extraordinaires vertus :

- Un puissant antioxydant
- Un effet anti-inflammatoire
- Une action stimulant les défenses naturelles
- Un complexe anti-âge d’exception

Assurément la plus complète de toutes les sources de nutriments que l’on peut trouver dans la nature, la spiruline possède un arsenal unique de vitamines, sels minéraux, oligo-éléments, enzymes, pigments… Le tout dans des proportions parfaitement adaptées à la physiologie humaine.

La spiruline est bien à tous égards, une algue de santé.



Sources :
«Spiruline et sport» du Dr Jean-louis Vidalo.
«Spiruline, algue de santé» du même auteur.


Spiruline Phycospir

Diplômé de la faculté de médecine de Paris, le Dr Jean-Louis Vidalo partage son temps entre la medecine du sport et la recherche médicale.

Fondateur de l’Institut de recherche Hippocampe, basé à Genève, il se consacre depuis plus de quinze ans à la spiruline, dont il est devenu un expert de renommée internationale.